Nous veillons donc à régler le volume suffisamment fort pour qu’on entende la musique loin dans la nuit, qu’elle monte jusqu’au ciel ou atteigne ce lieu que nous rejoindrons tous à notre heure dernière, cet instant où les arbres cesseront de pousser, les morts d’être entendus, la pluie de tomber, le soleil de briller et où la terre n’aura plus d’odeur. Ce moment où tout prend fin d’une manière qui échappe à notre entendement, et que nous n’osons pas, mais devons sans doute constamment nous efforcer de comprendre, sans relâche ni hésitation, parce que si nous renonçons à atteindre ce qui est justement hors d’atteinte de la vie, alors nous trahissons, et cette trahison est si radicale qu’aucune force ni puissance ne saurait l’effacer.


Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.