Parfois, un homme ou une femme impose son désespoir
à une autre personne, ce qui s’appelle
mettre son cœur à nu, ou alors mettre son âme à nu –
ce qui implique d’abord qu’ils ont reçu une âme –
dehors, un soir d’été, tout un monde
rejeté sur la lune : des groupes de formes argentées,
qui pourraient être des bâtiments ou des arbres, le jardin étroit
où le chat se cache, et se roule sur le dos dans la poussière,
la rose, le coreopsis, et, dans les ténèbres, le dôme doré du capitole

converti en un alliage de clair de lune, forme
dépourvue de détails, le mythe, l’archétype, l’âme
pleine d’un feu qui s’avère être un véritable clair de lune, tiré
d’une autre source, et qui brièvement
luit comme luit la lune : pierre ou pas,
la lune a encore tout d’un être vivant.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.