La fille de papier


“Les liens se font et se défont, c’est la vie. Un matin, l’un reste et l’autre part, sans que l’on sache toujours pourquoi. Je ne peux pas tout donner à l’autre avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Je ne veux pas bâtir ma vie sur les sentiments parce que les sentiments changent. Ils sont fragiles et incertains. Tu les crois profonds et ils sont soumis à une jupe qui passe, à un sourire enjôleur. Je fais de la musique parce que la musique ne partira jamais de ma vie. J’aime les livres, parce que les livres seront toujours là. Et puis… des gens qui s’aiment pour la vie, moi, je n’en connais pas.”
Guillomme Musso