Les livres …


Plumes, pointes, palettes et partitions

 » Les livres ne ressuscitent pas les morts, ne métamorphosent pas un idiot en raisonnable, ni une personne stupide en individu intelligent. Ils aiguisent l’esprit, l’éveillent, l’affinent, et étanchent la soif de connaissances. Grâce au livre, tu apprends en l’espace d’un mois ce que tu n’apprendrais pas de la bouche de connaisseurs en une éternité, et cela, sans contracter de dette du savoir. Il te débarrasse, te délivre du commerce des gens odieux et des rapports avec des hommes stupides incapables de comprendre. Il t’obéit de jour comme de nuit, aussi bien durant tes voyages que pendant les périodes où tu es sédentaire. Si tu tombes en disgrâce, le livre ne renonce pas pour autant à te servir. Si des vents contraires soufflent contre toi, le livre, lui, ne se retourne pas contre toi. Il arrive parfois que le livre soit supérieur à son auteur. » Denis GUEDJ (Écrivain français /…

Voir l’article original 12 mots de plus

Déclaration / Georges Moustaki — Lire dit-elle


Je dis que la souffrance est chose sacrilège

Je déclare l’ état de bonheur permanent

Et le droit de chacun à tous les privilèges.

Quand il y a pour tous des roses et du pain blanc.

Je conteste la légitimité des guerres,

La justice qui tue et la mort qui punit,

Les consciences qui dorment au fond de leur lit,

La civilisation au bras des mercenaires.

Je regarde mourir ce siècle vieillissant.

Un monde différent renaîtra de ses cendres

Mais il ne suffit plus simplement de l’ attendre:

Je l’ ai trop attendu.

Je le veux à présent.

Que ma femme soit belle à chaque heure du jour

Sans avoir à se dissimuler sous le fard

Et qu’ il ne soit plus dit de remettre à plus tard

L’ envie que j’ ai d’ elle et de lui faire l’ amour.

Je déclare l’ état de bonheur permanent

Sans que ce soit des mots avec de la musique,

Sans attendre que viennent les temps messianiques,

Sans que ce soit voté dans aucun parlement.

Je dis que, désormais, nous serons responsables.

Nous ne rendrons de compte à personne et à rien

Et nous transformerons le hasard en destin,

Seuls à bord et sans maître et sans diable.

Et si tu veux venir, passe la passerelle.

Il y a de la place pour tous et pour chacun

Mais il nous reste à faire encore du chemin

Pour aller voir briller une étoile nouvelle.

Je déclare l’ état de bonheur permanent.

Merci Barbara 🌹

Grimper à l’arbre … — Plumes, pointes, palettes et partitions


» Sous les mots, sous l’écorce, regardez, venez, touchez !Ça tient, c’est tendre, c’est fort !Je peux grimper moi aussi.Me hisser vraimentComme un singe,Joueur, agile, léger, sûrBalançant du bout des doigtsMe hisser, moi aussi,En haut de mon arbre. J’y serais bien, dans le vent frais,Ecoutant la mélodie du feuillage libre.Je répondrais aux oiseaux de passage,Les nourrirais de […]

Grimper à l’arbre … — Plumes, pointes, palettes et partitions

Il n’y a pas de défaite dans la tension pour s’accomplir.
Pas de défaite, faites-moi de la place
Je peux m’accroupir,
Si nécessaire.

Si nécessaire effort pour se lever et rester,
Debout,
V
E
R
T
I
C
A
L
E

Maëlle Ranoux

a girl named eclipse — The Lonely Author


Something a little different…..

a girl named eclipse

a poet born
between a nightmare and soliloquy
surfacing from the deep
to write poetry from beyond
the penumbra of her heart
where loneliness pulsates in tones
echoes of the forsaken
serving as hallowed church bells
chiming the sad truth
not all of us are meant to be loved
like this child of the shadows
a girl named eclipse

via a girl named eclipse — The Lonely Author