Fragments verticaux


Nul ne possède rien. Pour posséder quelque chose, il est nécessaire de le mettre à nu, de s’emparer de son centre et d’avoir un espace où le protéger. Pour posséder une rose, nul ne peut la dévêtir de ses pétales et retenir son arôme. Les mains de l’homme sont toujours des mains vides. peut-être notre exercice fondamental consiste-t-il à écrire avec les mains vides.