hiver paysage de Caspar David Friedrich

Yeux, aveugles au monde, dans les failles du mourir : je viens,
pousse dure au cœur.
Je viens.
Miroir lunaire l’abrupt. Vers le bas.
(Lueur maculée par le souffle. Stries de sang.
Nuée de l’âme, qui a pris corps encore une fois.
Ombre des dix doigts — cramponnés.)
Yeux aveugles au monde,
yeux dans les failles du mourir,
yeux, yeux.
Le lit de neige sous nous deux, le lit de neige.
Cristal après cristal,
grille dans la profondeur du temps, nous tombons,
nous tombons et gisons et tombons.
Et tombons :
Nous étions. Nous sommes.
Une seule chair avec la nuit.
Dans les allées, les allées

Paul Celan – Grille de Paroles

Un commentaire sur « LIT DE NEIGE »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.