Capture

 
Contre ce ciel trop blanc, trop vide,
Te voilà ! Je t’ouvre mes bras.
Tu ris sous mes baisers, tu trembles…
Nous ne nous reconnaissons pas.
Ici, tu n’es jamais venue.
J’ai pourtant souffert de longs jours…
Tu souffrais d’un mal inconnu…
Mais l’amour était-ce l’Amour,
Et non pas l’étrange malaise
Qui nous jeta si longuement
L’un loin de l’autre avec la fièvre
D’un inexprimable tourment ?
Ne me dis rien… Je t’ai comprise.
Tu sanglotes entre mes bras
Et c’est enfin la bonne crise…
Je ris, tu pleures… C’est bien toi !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.